Danielle Petitclerc
traductrice


Fascinée par la langue anglaise depuis mon enfance, j'ai d'abord effectué des études collégiales en Lettres anglaises, puis obtenu un Baccalauréat ès traduction de l'Université du Québec à Trois-Rivières (Québec, Canada). Je me suis établie en tant que traductrice indépendante en 1998.

Je traduis de l'anglais vers le français et du français vers l'anglais. Sans le savoir, vous avez probablement déjà entendu ou lu certaines de mes traductions, qui servent notamment à des fins de publication, d'affichage et de narration : annonces en magasin, messages pour l'attente téléphonique, invites de messagerie vocale, catalogues, emballages, guides de l'utilisateur, sites web, communiqués, infolettres, présentations, rapports, correspondance interne et externe, etc.

J'ai entre autres traduit La Politique sexuelle de la viande [The Sexual Politics of Meat] de Carol J. Adams (publié aux Éditions L'Âge d'Homme), The Scaffolding [L'échafaudage], outil pour l'écriture de romans créé par le conteur et écrivain Éric Gauthier et Au-delà des cœurs brisés : l'accompagnement des personnes en deuil [Beyond the Broken Heart: Accompanying the Bereaved] de Gillian McConnell et coll. (publié par Chenelière/McGraw-Hill).

J'offre gratuitement mes services aux particuliers, organismes et programmes à but non lucratif qui se consacrent à la défense des animaux. Par le passé, ceux-ci ont inclus la SPCA de Montréal, le Festival végane de Montréal, VERSUS Magazine, Frédéric Côté-Boudreau (spécialiste de l'éthique animale et doctorant en philosophie) et Élise Desaulniers (auteure et conférencière).

Question de préserver un certain équilibre, je traduis dans mes temps libres des textes plus littéraires, comme des nouvelles et de la poésie. Quoi d'autre? Je m'intéresse à l'histoire, à l'archéologie et à l'anthropologie culturelle, et j'aime la littérature anglaise du XIXe siècle.


Vous avez un projet à me proposer?
Communiquez avec moi!





Comme, dans la vie, à trop s'attacher à la lettre des principes on devient dur et sans cœur,
dans la traduction, le ton se révèle sec et aride quand il advient
qu'on impose ses idées à la place de celles de l'auteur.
Le Crime de l'hôtel Saint-Florentin
Jean-François Parot